Search
الخميس 14 ديسمبر 2017
  • :
  • :

Rectificatif: retour sur le récit du garde national blessé à Sidi Bouzid

Hier, mercredi 10 septembre, nous avons publié sur notre site un article relatant l’histoire d’un jeune garde national originaire de Kasserine, Hichem Missaoui, qui fut blessé lors de l’attaque d’un groupe armé aux abords de Sidi Bouzid, au mois de mars dernier. Gravement touché lors de l’assaut, il a été transféré à Sidi Bouzid puis dans un hôpital militaire à Tunis où il a été pris en charge par le ministère de l’Intérieur.

En publiant ce récit dans notre journal, basé sur les témoignages de Hichem Missaoui ainsi que celui de son frère et de son oncle, nous avons commis une erreur journalistique grave dans la mesure où nous n’avons pas pris le soin de vérifier les propos tenus, à charge contre l’administration sécuritaire. Peu de temps après la publication du sujet, nous avons été alertés par une lectrice, qui par ailleurs tient des responsabilités au sein de l’Assemblée Nationale Constituante. Elle nous a fait part de la version du ministère de l’Intérieur. Nous avons donc immédiatement retiré l’article en attendant de revérifier tous les faits. Notre journaliste basé à Kasserine, auteur du sujet, a contacté le porte-parole du ministère de l’Intérieur dans la soirée, qui précise les faits suivants.

Contrairement aux propos tenus par la famille d’Hichem, le salaire d’Hichem a continué à être versé depuis sa blessure il y a six mois. Il a même reçu des primes, liées au préjudice grave qu’il a subi dans l’exercice de ses fonctions. En effet, Hichem a perdu l’usage de ses jambes. D’après les médecins qui l’ont suivi, il n’est malheureusement pas opérable, sa blessure à la moelle épinière ne pouvant être soigné, ni en Tunisie ni à l’étranger.

De plus, toujours selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Hichem Missaoui a été élevé au rang de sergent décoré de l’Ordre de la République.

Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur a mis à disposition de sa famille un logement à Tunis facilitant ainsi la visite régulière auprès d’Hichem, qui séjourne à l’hôpital militaire de Tunis depuis sa blessure. Nous précisons que les déclaration du ministère de l’Intérieur ont été confirmés par le frère d’Hichem qui reconnait avoir porté de fausses allégations, alors que notre journaliste était en contact avec Hichem depuis plusieurs semaines. A aucun moment ce dernier ou sa famille ont indiqué le soutien du ministère de l’Intérieur dans les difficultés qu’il traversait.

Nous présentons donc à nos lecteurs ainsi qu’au ministère de l’Intérieur nos excuses. Nous avons à cœur le respect de la déontologie du journalisme, et notamment la vérification des faits. Nous avons commis une erreur dont nous espérons réparer le tort en publiant ce rectificatif.

En souhaitant vous compter toujours plus nombreux parmi nos lecteurs.

La rédaction du Tunisie Bondy Blog




اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Le Tunisie Bondy Blog est un média en ligne qui a pour objectif de permettre aux jeunes de pouvoir s’exprimer, de raconter la vie quotidienne, loin de la stigmatisation et du sensationnalisme. De pouvoir aussi acquérir les bases d’un journalisme citoyen afin de se préparer, pour ceux qui le souhaitent, à devenir des journalistes professionnels. Notre équipe de journalistes effectue des reportages de terrain sur les réalités quotidiennes des habitants des régions intérieures de Tunisie.