Search
الخميس 14 ديسمبر 2017
  • :
  • :

Attaque contre un député à Kasserine: une énième défaillance du système sécuritaire

Selon ses propres déclarations, Mohamed Ali Nasri, député à l’ANC, a été victime d’une tentative d’assassinat. En effet, des hommes cagoulés ce seraient rendus chez lui armés dans la soirée aux alentours de 22h, dans le quartier Ezzouhour à Kasserine. Une énième agression armée qui révèle les failles du système sécuritaire. 

Ce n’est malheureusement pas une première, depuis plusieurs mois, la ville est le théâtre de multiples attaques, contre les forces de sécurité principalement. Le premier assaut recensé remonte à décembre 2012, un garde forestier avait trouvé la mort dans la montagne Chaambi, après une altercation avec un groupe armé non identifié jusque-là. Par la suite, plusieurs assauts ont fait des dizaines de victimes au sein de l’armée et de la police. L’attaque la plus spectaculaire s’est produite contre la maison du ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, dans la nuit du 27 mai dernier en plein centre-ville, faisant quatre victimes, une nouvelle fois au sein de forces de sécurité.

Récemment encore, une fusillade a causé le décès de deux jeunes filles dont les circonstances ne sont toujours pas établies, une enquête est actuellement en cours.

Se pose la question de l’efficacité du système sécuritaire, qui a été défaillant à plusieurs reprises. A savoir le manque de réactivité, le sous équipement, l’incapacité des renseignements à prévenir les menaces et surtout l’opacité quant à l’identification des responsables des agressions armées. Nombreuses alors sont les interrogations quant l’impunité apparente dont semblent bénéficier les auteurs de ces violences. « On sait qu’à la fin mai, le groupe qui a attaqué le domicile du Ministre de l’Intérieur s’est permis après son forfait une terrifiante promenade nocturne en ville sans être inquiété par aucune force de sécurité » dixit un journaliste de La Presse, dans son édition du 3 septembre.

 

Dans ces mêmes colonnes, des pistes sur l’origine de l’agression de Mohamed Ali Nasri sont évoquées, faisant état d’un possible règlement de compte qui serait une conséquence aux révélations faites par l’élu le 11 août dernier. En effet, lors de l’examen du projet de loi sur la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent, ce dernier avait soutenu alors que « des terroristes ont été arrêtés puis relâchés après des interventions de personnes bien placées, ajoutant que des procès-verbaux avaient été falsifiés pour permettre la libération de ces terroristes ».

 

Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, un commando composé de « six terroristes » serait « descendus de Jebel Saloum » se présentant au domicile du député comme étant des policiers. Ils auraient alors tenté de forcer l’entrée, Mohamed Ali Nasri ayant eu le réflexe de refermer la porte et de se réfugier chez ses voisins en passant par le toit. Dans sa chute, depuis le deuxième étage de sa maison, il s’est fracturé la jambe. Emmené aux urgences par des voisins, il a par la suite été transféré dans un hôpital militaire à Tunis.

 

Face à la défaillance du système sécuritaire, l’inquiétude s’accroit en cette période d’ouverture de la période électorale. Un jeu du chat et de la souris entre groupes armés et forces sécuritaires qui, outre l’absence d’enquête apprfondit, interroge sur les raisons de ces attaques à répétition dans une région encore marquée par les massacres de la révolution de janvier 2011. 

 

 

Rafika Bendermel et Hatem Salhi

 

Crédit photo: Hatem  Salhi / Quartier Ezzouhour




اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Le Tunisie Bondy Blog est un média en ligne qui a pour objectif de permettre aux jeunes de pouvoir s’exprimer, de raconter la vie quotidienne, loin de la stigmatisation et du sensationnalisme. De pouvoir aussi acquérir les bases d’un journalisme citoyen afin de se préparer, pour ceux qui le souhaitent, à devenir des journalistes professionnels. Notre équipe de journalistes effectue des reportages de terrain sur les réalités quotidiennes des habitants des régions intérieures de Tunisie.