Search
dimanche 24 juin 2018
  • :
  • :

Vol de l’électricité, le jeu du chat et de la souris entre la STEG et les fraudeurs

6e100b693083fe7b237779ffd809d8b7_l

Le détournement ou vol d’électricité est un phénomène passé sous silence et qui pourtant cause d’énormes dommages sur l’ensemble du réseau électrique avec des conséquences financières importantes pour la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG). 

 

 » La situation de notre réseau électrique est très alarmante, la fraude sur l’électricité est un fléau qui touche pratiquement toutes les classes sociales. Du riche au pauvre, à chacun sa technique de fraude. Et le pire c’est que les fraudeurs ne considèrent pas leur acte comme un délit, se justifiant par le besoin en électricité », déclare Boubakker Mahmoudi, directeur régional de la STEG à Kasserine.  

 

 

 » Je suis obligée de frauder sur ma consommation de l’électricité« , c’est la réponse toute simple de cette habitante d’une cité populaire à Kasserine. Elle ajoute : » Je suis dans la nécessité et il m’est difficile voire impossible de payer les factures de l’électricité, c’est pour cela je bloque le compteur en toute discrétion. Pour moi c’est la seule alternative pour bénéficier du courant dans ma maison surtout pendant les mois d’hiver. »  

 

Des techniques variées pour détourner l’électricité 

 

Les techniques du bidouillage d’électricité sont légion et ne manquent parfois pas d’ingéniosité. Parmi les plus répandues, et particulièrement pendant l’hiver où le climat est rigoureux, le directeur de la STEG raconte :

 

« La fraude sur la consommation de l’électricité touche essentiellement les zones urbaines, dans les cités populaires et les bidonvilles. Le branchement direct sur le réseau électrique se fait en bloquant l’aiguillage ou grenage, en contournant le compteur, pignon décalé. Il y a aussi le pompage de l’électricité directement dans la rue ainsi que d’autres techniques utilisées par les fraudeurs qui semblent être plus ingénieux qu’un ingénieur lui-même ! »

 

Il y a aussi les voleurs de câble appartenant à la STEG, qui renferme deux types: Le vol des conducteurs nus en cuivre, ce cas est enregistré dans les zones rurales qui renferment un nombre très réduit d’habitants ce qui facilite le vol. Le vol des câbles pré-assemblés pour des alimentations clandestines, cette technique est plus répandue dans les zones agricoles », explique Boubakker Mahmoudi. 

 

1400 dossiers de fraudeurs en cours de trainement devant la justice

 

Selon la STEG, le taux de fraudeurs est estimé à 20% des consommateurs. Dès qu’un vol d’électricité est découvert c’est la tolérance zéro qui s’applique indique Boubaker Mahmoudi :

«Les personnes reconnues coupables de fraude sur l’électricité sont directement poursuivies en justice. L’estimation de l’énergie non facturée est faite en fonction de l’historique de consommation du voleur. Actuellement, 1400 dossiers de fraudeurs sont en cour de traitement ».

               

Les préjudices financiers pour la STEG

 

Grande perte d’énergie, coupures soudaines du courant électrique surtout pendant l’hiver, nombreuses baisses de tension, plaintes des non fraudeurs du surcoût et de la qualité du service,  destruction des équipements de la STEG, les dysfonctionnements du réseau électrique sont nombreux : « Les dommages causés sur les disjoncteurs, câbles, transformateurs provoquent des ravages sur la qualité du service de notre société du fait des surcharges sur le réseau qui se font lourdement sentir » s’insurge Mrs Boubaker Mahmoudi poursuivant : « Il faut lutter plus efficacement contre ce phénomène qui existe depuis des années et s’est aggravé juste après la révolution. Nos brigades anti-fraude sont sur le terrain mais ces dernières ne peuvent plus travailler normalement à cause de l’insécurité qui a augmenté ».

 

La STEG compte lancer des actions médiatiques et des campagnes de sensibilisation afin de faire prendre conscience aux fraudeurs du préjudice financier pour l’Etat, une perte qui s’élèverait à une centaine de millions de dinars chaque année, selon la STEG.

 

 

Mouna Labbaoui




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Tunisie Bondy Blog est un média en ligne qui a pour objectif de permettre aux jeunes de pouvoir s’exprimer, de raconter la vie quotidienne, loin de la stigmatisation et du sensationnalisme. De pouvoir aussi acquérir les bases d’un journalisme citoyen afin de se préparer, pour ceux qui le souhaitent, à devenir des journalistes professionnels. Notre équipe de journalistes effectue des reportages de terrain sur les réalités quotidiennes des habitants des régions intérieures de Tunisie.